L'église

L’église de Vis en Artois est au cœur d’un bel ensemble architectural comprenant la mairie, l’école et le bureau de poste édifié après la Grande Guerre par Marcel Bonhomme (architecte né en 1887 à Paris). 

Après la grande guerre, l’église fut détruite et il était nécessaire de la reconstruire afin de redonner vie au village qui porte dans son nom l’importance que revêt la commune sur la voie romaine. 

En latin « vis » vient de vicus signifiant : commune située sur un axe de grande circulation.

La reconstruction commence en 1924 jusqu’en 1926 avec la main d’œuvre locale et des prisonniers de guerre et avec des matériaux venus d’Allemagne considérés comme dommages de guerre.

Les bâtisseurs favorisent la brique et le béton (matériaux modernes) aux dépens de la maçonnerie de pierre, suite à une pénurie de main d’œuvre et de matériaux.

La façade de l’église est précédée d’un porche ouvert sur la place, flanqué de deux tourelles octogonales, surmontées de flèches. Le porche est constitué de trois arcades sommées de faux gâbles et d’un mur servant de parapet à la terrasse qui couvre le porche. En arrière du porche s’élève le mur de façade, dessiné à la façon d’un pignon à pas de moineaux, rythmé par des similis colonnettes prismatiques.

En arrière de la façade émerge le clocher de plan octogonal, aux huit faces percées de hautes baies closes d’abat-sons, couvertes de gâbles. Le clocher est surmonté d’une flèche pyramidale, en béton armé, qui culmine à près de 41m du sol. La flèche est visible de plusieurs kilomètres alentours.

En plan de croix latine, l’église comporte trois vaisseaux d’égales longueurs. La nef est composée d’une travée courte et de deux travées doubles.

Une particularité dans l’église. Le vitrail du « poilu » dans le cadre de la commémoration du centenaire de la grande guerre.